**Notice - Attention**
 
This page uses CSS to present the content in the best possible manner. If you can see this message, then CSS is not enabled in your browser, and the page will not appear as the designer intended.
 
Cette page utilise CSS pour une meilleur presentation du contenu. Si vous pouvez lire ce message, alors c'est que CSS n'est pas activé, et cette page n'est pas rendu telle que le concepteur la prévu.
 
******************************************************

 
 
Citation

Près de toi je suis bien, loin de toi, je suis rien.

-


© Copyright 2006 - JLS-1954 - Citations PhP Simple

 
 
VOTRE APUIS / DON
Faites un don - Recherchez un organisme de bienfaisance
 

Vous êtes ici :   Accueil > Info Dystonie > focale > crampe de l`écrivain

 

crampe de l`écrivain

La crampe de l'écrivain

La crampe de l'écrivain est une dystonie focale des doigts, des mains et/ou de l'avant-bras. Les symptômes apparaissent généralement quand une personne essaie de faire une tâche qui requiert des mouvements de motricité fine, comme l'écriture. Une partie du membre supérieur ou le bras entier peut prendre une mauvaise position lors de l'écriture telle qu'une crispation des doigts sur le crayon, l'élévation d'un ou plusieurs doigts, l'écartement du coude, une extension ou flexion du poignet. L'écriture est rendue très difficile, voire impossible, et les mots sont difficilement lisibles. Lorsque l'action s'arrête, les muscles se relâchent. La crampe de l'écrivain peut parfois gêner d'autres actions de la vie quotidienne (utilisation d'outils, de couverts...).

La crampe de l'écrivain peut être primaire ou secondaire.

Les termes utilisés pour décrire la crampe de l'écrivain comprennent : dystonie de la main, dystonie focale, dystonie segmentaire et dystonie de tâches spécifiques
 

Symptômes

Deux types, qui caractérisent la crampe de l'écrivain, ont été décrits et individualisés : simples et dystoniques.

Les personnes atteintes de la crampe de l'écrivain «simples» ont des difficultés avec seulement une tâche spécifique. Par exemple, si l'écriture active la dystonie, dès que la personne choisit la plume et écrit quelques mots, des postures dystoniques de la main dominante commencent à entraver la rapidité et la précision de l'écriture. Pour la crampe de l'écrivain de type «dystoniques», les symptômes seront présents non seulement lorsque la personne écrit, mais aussi lors de l'exécution d'autres activités, telles que le rasage, l'application du maquillage, etc.

Les symptômes courants comprennent le membre supérieur qui prend des postures anormales dont les plus fréquemment rencontrées sont, l’écartement et la flexion du coude, une forte pronation de l'avant-bras, une flexion ou une extension du poignet, une crispation des doigts sur le stylo, l'élévation d'un ou de plusieurs des doigts assurant la tenue du stylo. Les différentes attitudes pathologiques prises par le membre supérieur au cours de l’écriture rendent difficile ou impossible la poursuite de l'écriture. Le déplacement du stylo sur la feuille est obtenu grâce à des mouvements compensatoires de l'épaule qui rendent la fonction d’écriture pénible et maladroite et le message écrit peu ou pas lisible.

Le tremblement n'est généralement pas un symptôme de la crampe de l'écrivain.

Les symptômes apparaissent généralement entre les âges de 30 et 50 ans et touchent à la fois les hommes et les femmes.

Les rémissions spontanées dans les premières années ne sont pas rares ainsi que les rechutes par la suite.

Des crampes ou des douleurs de la main ne sont pas communes, mais un léger inconfort peut se produire dans les doigts, au poignet ou à l'avant-bras chez des individus ayant acquise de mauvaises habitudes gestuelles ou encore si la crampe de l'écrivain est secondaire.
 

Cause

Un traumatisme initial corporel ou psychologique est rapporté comme le mécanisme à l'origine de la dystonie dans 15 à 20 % des cas.

La crampe de l'écrivain peut se produire avec ou sans antécédent familial. Les cas de crampe de l'écrivain hérité qui ont été rapportés sont généralement en conjonction avec une dystonie généralisée.
 

Diagnostic

Le diagnostic de la crampe de l'écrivain est fondé sur des informations de l'individu et l'examen physique et neurologique. À ce moment, il n'existe aucun test unique pour confirmer le diagnostic de la crampe de l'écrivain, et dans la plupart des cas, des tests de laboratoire sont normaux.

Mais la dystonie focale de la main n'est responsable que d'environ 5% de toutes les conditions affectant les mains. En effet, les mains peuvent être affectées par de nombreuses conditions. Arthrite, les problèmes tendineux, et des crampes musculaires peuvent tous provoquer des douleurs dans les mains. Le syndrome du canal carpien (résultat d'une compression du nerf) aussi. Souvent confondue avec ces syndromes de surutilisation (« overuse syndrom » conséquence d'un excès d'écriture associé ou non à un défaut du geste), la gêne dans le cas de la crampe de l'écrivain est en générale indolore... ce qui la différencie. La crampe de l'écrivain est plus susceptible de causer des problèmes de coordination.
 

Traitement

Une des méthodes les plus efficaces est d'adapter les tâches pour tenter d'éviter de déclencher les mouvements dystoniques. Place à la rééducation, ce qui implique l'ergothérapie à laquelle est parfois associée la relaxation ou le contrôle du mouvement par biofeedback (auto-évaluation). Le stress et la fatigue accentuent généralement les manifestations de la maladie tandis que la relaxation et le repos favorisent une diminution de celles-ci.

Une multitude de médicaments par voie orale a été étudiée pour déterminer le bénéfice pour les personnes ayant la crampe de l'écrivain, mais aucune ne semble être uniformément efficace. Environ 5% des symptômes des personnes se sont améliorés avec l'utilisation de médicaments anticholinergiques, tels que Artane® (trihexyphenidyl), Cogentin® (benztropine).

Les injections de toxine botulique (Botox®, Xeomin®) au niveau des muscles impliqués dans l'attitude pathologique sont utiles dans le traitement de la crampe de l'écrivain, en particulier lorsqu'une déviation importante du poignet ou des articulations des doigts est présente. Mais cette injection doit être très précise et la sélection des muscles cibles se fait par un examen clinique minutieux complété par une électromyographie. Bien que ce traitement n'est pas efficace pour tous les individus, l'amélioration significative de l'écriture et la réduction de la douleur sont obtenues dans au moins deux tiers des personnes traitées. L'injection de la toxine doit généralement être renouvelée toutes les six à neuf mois et présente parfois des réactions secondaires légères, comme une faiblesse musculaire localisée.

Aucune stratégie de traitement ne convient à tous les cas de la crampe de l'écrivain. L'expérience montre que l'association judicieuse des différents traitements apporte dans un nombre de cas non négligeable une amélioration sensible en terme de confort et de lisibilité et parfois même la disparition de la gêne fonctionnelle.

Informez un ami!

 

 
<   haut de page   >